Centre d’essais Roger Ben Aïm : un pôle d’excellence de l’étude de l’eau

Le Centre d’Essais Roger Ben Aïm, laboratoire spécialisé dans l’étude du traitement de l’eau, a été inauguré hier à Agen. Rare établissement du genre en France, il est idéalement situé sur le site de Rouquet.

La construction du Centre d’essais Roger Ben Aïm, laboratoire spécialisé dans l’étude du traitement des eaux touchant à sa fin, il a été inauguré hier à Agen. Sa mission: la recherche, l’expérimentation et la validation des procédés de traitement de l’eau. Le projet est le second laboratoire de l’Institut de la filtration et des techniques séparatives (IFTS). «Il est notre nouveau porte-étendard, le prolongement à Agen de l’IFTS historique de Foulayronnes», a assuré Vincent Edery, directeur général de l’institut, devant un parterre de représentants locaux et régionaux.

 

Un emplacement idéal

Ce centre de 360 m2 n’a pas été bâti sur le site Rouquet par hasard. En effet, sa situation géographique exceptionnelle, à proximité de la Garonne et du Canal latéral qui la traverse, a été déterminante. Le canal latéral prolonge le canal du Midi pour former «le canal des deux mers» qui relie l’Atlantique à la Méditerranée.

Autre avantage, son positionnement entre l’usine de production d’eau potable et la station d’épuration des effluents, qui lui offre un accès direct à leurs eaux par un réseau de tuyauteries interconnectées. Des conditions de travail idéales pour les chercheurs qui proposeront également leurs services à des entreprises privées auxquelles elles assurent expertise de pointe et confidentialité. «Notre ambition sera par exemple de trouer les solutions qui éliminent le plus possible les micropolluants», a expliqué Vincent Edéry.

1,8 million d’€ de budget

Le bâtiment rectangulaire et bleu, est perché sur des pilotis pour parer au risque d’inondation. Une aire de stationnement recouvrant des cuves prêtes à recueillir les eaux en sous-sol, a été aménagée sous le bâtiment. À l’étage on trouve un grand espace dédié aux expérimentations de dispositifs de traitement, une salle de réunion, un atelier mécanique et des bureaux. Enfin, le tout est surmonté d’un toit plat qui doit être prochainement végétalisé afin de servir de terrain à des expérimentations d’irrigation et de rafraîchissement de l’air par les plantes. Au total le centre d’essais Roger Ben Aïm a coûté pas moins de 1,8 million d’€. La ville a participé à hauteur de 75 000 €, la région et le Fonds européen de développement régional apportent quant à eux 375 000 €. La somme restante a été investie par l’IFTS.

Un nom emblématique

Roger Ben Aïm, qui donne son nom au centre, est considéré comme un chercheur de premier plan en techniques de filtration et de séparation liquides solides. Il a fondé dès 1981 l’IFTS et en fut président d’honneur.

«Je suis ému et touché ce soir. Je remercie mes successeurs à la direction de l’IFTS qui ont souhaité que le centre porte mon nom, j’essaierai d’être à la hauteur», a confié celui qui reste conseiller scientifique de l’Institut.

 

Centre d’essais Roger Ben Aïm : un pôle d’excellence de l’étude de l’eau © PetitBleu.fr – Loubna Chlaikhy

Share This