L’AVANCEMENT DU CHANTIER

L’AVANCEMENT DU CHANTIER

INAUGURATION DU CENTRE

INAUGURATION DU CENTRE

Centre d’essais Roger Ben Aïm : un pôle d’excellence de l’étude de l’eau

Le Centre d’Essais Roger Ben Aïm, laboratoire spécialisé dans l’étude du traitement de l’eau, a été inauguré hier à Agen. Rare établissement du genre en France, il est idéalement situé sur le site de Rouquet.

La construction du Centre d’essais Roger Ben Aïm, laboratoire spécialisé dans l’étude du traitement des eaux touchant à sa fin, il a été inauguré hier à Agen. Sa mission: la recherche, l’expérimentation et la validation des procédés de traitement de l’eau. Le projet est le second laboratoire de l’Institut de la filtration et des techniques séparatives (IFTS). «Il est notre nouveau porte-étendard, le prolongement à Agen de l’IFTS historique de Foulayronnes», a assuré Vincent Edery, directeur général de l’institut, devant un parterre de représentants locaux et régionaux.

 

Un emplacement idéal

Ce centre de 360 m2 n’a pas été bâti sur le site Rouquet par hasard. En effet, sa situation géographique exceptionnelle, à proximité de la Garonne et du Canal latéral qui la traverse, a été déterminante. Le canal latéral prolonge le canal du Midi pour former «le canal des deux mers» qui relie l’Atlantique à la Méditerranée.

Autre avantage, son positionnement entre l’usine de production d’eau potable et la station d’épuration des effluents, qui lui offre un accès direct à leurs eaux par un réseau de tuyauteries interconnectées. Des conditions de travail idéales pour les chercheurs qui proposeront également leurs services à des entreprises privées auxquelles elles assurent expertise de pointe et confidentialité. «Notre ambition sera par exemple de trouer les solutions qui éliminent le plus possible les micropolluants», a expliqué Vincent Edéry.

1,8 million d’€ de budget

Le bâtiment rectangulaire et bleu, est perché sur des pilotis pour parer au risque d’inondation. Une aire de stationnement recouvrant des cuves prêtes à recueillir les eaux en sous-sol, a été aménagée sous le bâtiment. À l’étage on trouve un grand espace dédié aux expérimentations de dispositifs de traitement, une salle de réunion, un atelier mécanique et des bureaux. Enfin, le tout est surmonté d’un toit plat qui doit être prochainement végétalisé afin de servir de terrain à des expérimentations d’irrigation et de rafraîchissement de l’air par les plantes. Au total le centre d’essais Roger Ben Aïm a coûté pas moins de 1,8 million d’€. La ville a participé à hauteur de 75 000 €, la région et le Fonds européen de développement régional apportent quant à eux 375 000 €. La somme restante a été investie par l’IFTS.

Un nom emblématique

Roger Ben Aïm, qui donne son nom au centre, est considéré comme un chercheur de premier plan en techniques de filtration et de séparation liquides solides. Il a fondé dès 1981 l’IFTS et en fut président d’honneur.

«Je suis ému et touché ce soir. Je remercie mes successeurs à la direction de l’IFTS qui ont souhaité que le centre porte mon nom, j’essaierai d’être à la hauteur», a confié celui qui reste conseiller scientifique de l’Institut.

 

Centre d’essais Roger Ben Aïm : un pôle d’excellence de l’étude de l’eau © PetitBleu.fr – Loubna Chlaikhy

INTERREG SUDOE TWIST

INTERREG SUDOE TWIST

TWIST – Le Projet de Stratégie Transnationale d’innovation dans le domaine de l’eau (Transnational Water Innovation Strategy) a tenu sa première réunion en Espagne.

La réunion de lancement du projet TWIST, qui s’est tenue les 22, 23 et 24 mai 2018 à Séville (Espagne), a réuni les représentants des 11 partenaires des trois pays participants : Espagne, Portugal et France.

TWIST- Transnational Water Innovation Strategy (Stratégie Transnationale d’innovation dans le domaine de l’eau) est un nouveau projet, cofinancé par Interreg Sudoe et coordonné par la Fundación Centro de las Nuevas Tecnologías del Agua (CENTA – Fondation « Centre pour les nouvelles technologies de l’eau »), qui vise à créer un modèle ouvert d’innovation dans le secteur de l’eau en promouvant l’économie circulaire et le respect de la Directive-Cadre sur l’Eau.

Lors de la première réunion, chaque responsable d’activité a présenté un plan de travail, l’organisation des tâches et une description des étapes futures. Le CENTA a fait un résumé des principales décisions et des tâches à venir. Lors de cette réunion, un premier atelier a été organisé pour les laboratoires vivants de l’eau (Living-Labs), comprenant une présentation de chacun des trois laboratoires vivants qui seront développés dans le cadre du projet, un dans chaque pays : Espagne, Portugal et France, et une approche de la méthodologie pour la création de ces laboratoires vivants de l’eau.

Le projet TWIST est cofinancé par le Programme de coopération Interreg V-B Europe-Sud-Ouest (Interreg Sudoe) par l’intermédiaire du Fonds européen de développement régional (FEDER).

En savoir plus sur le projet TWIST

Le projet TWIST a été approuvé le 7 février 2018, dans le cadre du deuxième appel du Programme Interreg Sudoe, et la convention de concession a été signée le 9 avril 2018, à Santander, Espagne, dans le cadre de la convention de subvention n. º SOE2/P1/E0506. Doté d’un budget total d’un million cinq cent quatre-vingt-dix-huit mille euros, il est cofinancé à 75% par Interreg Sudoe à travers le Fonds Européen de Développement Régional. Le projet TWIST a débuté le 1er avril 2018 et durera 36 mois.

L’objectif principal du projet TWIST est de développer une stratégie d’innovation transnationale dans le secteur de l’eau. Pour y parvenir, TWIST créera un modèle d’innovation ouverte par le biais de nouveaux partenariats transnationaux et transrégionaux entre les agents du secteur, capables de mobiliser et de créer des processus de R & D & I pour se conformer à la Directive-Cadre sur l’Eau par le biais d’un modèle d’économie circulaire.

TWIST répond à l’absence d’un « écosystème » d’innovation collaborative pour :

  • Encourager l’investissement privé en R & D & I dans le secteur de l’eau
  • Attirer et retenir le capital humain qualifié
  • Promouvoir le développement basé sur la connaissance, l’utilisation et la récupération efficaces des ressources

TWIST : Principaux résultats attendus

TWIST créera des espaces physiques et virtuels pour la co-création, l’expérimentation et l’évaluation de produits innovants dans le traitement et la gestion des eaux usées. Ces espaces d’innovation, appelés Laboratoires vivants ou Living Labs, couvriront différents thèmes du secteur de l’eau, complémentaires les uns des autres, de telle sorte que les régions participantes bénéficient mutuellement des connaissances générées dans chacune d’entre elles. Il y aura trois laboratoires vivants, un dans chacun des pays participants : l’Espagne, la France et le Portugal, dans lesquels les activités d’innovation seront encouragées en ce qui concerne le traitement des eaux usées, leur réutilisation ultérieure et la récupération de ressources précieuses (par exemple les nutriments)

TWIST va également promouvoir d’autres outils novateurs axés sur le secteur de l’eau, tels que les marchés publics de solutions innovantes, la création d’une école de commerce transnationale pour la formation des PME et des entrepreneurs et le TWIST Market Place, un catalogue virtuel de tous les produits innovants développés dans les Living Labs. Tous les outils et produits du projet TWIST favoriseront l’apprentissage mutuel et la capitalisation des stratégies de recherche et d’innovation pour une spécialisation intelligente (RIS3) dans les régions participantes : Andalousie et Murcie, en Espagne, Lisbonne et Alentejo, au Portugal, et Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, en France.

TWIST Partners

Le consortium TWIST se compose de 11 partenaires bénéficiaires répartis géographiquement dans les six régions suivantes : Andalousie et Murcie en Espagne, Lisbonne et Alentejo au Portugal, et Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, en France. Il bénéficie également de l’appui d’autres institutions et agences régionales.

Les partenaires espagnols sont :

  • Fundación Centro de las Nuevas Tecnologías del Agua, CENTA (Project Coordinator)
  • Fundación Universidad Empresa de la Región de Murcia, FUERM
  • Agencia Andaluza del Conocimiento, AAC

Les partenaires portugais sont :

  • Instituto Superior de Agronomia, ISA
  • Instituto Superior Técnico, IST
  • Agência de Desenvolvimento Regional do Alentejo, ADRAL
  • Águas do Tejo Atlântico, AdTA
  • Associação Parceria Portuguesa para a Água, PPA

Les partenaires français sont :

  • Office International de l’Eau, OIEAU
  • Institut de la Filtration et des Techniques Séparatives, IFTS
  • Université de Limoges, GRESE-UNILIM

A propos du Programme de Coopération Interreg Sudoe

Le programme de coopération Interreg VB Europe-Sud-Ouest (Interreg Sudoe), qui cofinance TWIST, soutient le développement régional en Europe du Sud-Ouest en finançant des projets transnationaux par l’intermédiaire du Fonds européen de développement régional (FEDER). Le programme encourage la coopération transnationale pour résoudre des problèmes communs sur le territoire couvert, tels que le faible niveau d’investissement dans la recherche et le développement, la faible compétitivité des petites et moyennes entreprises et l’exposition au changement climatique et aux risques environnementaux.

La Commission européenne a approuvé le programme Interreg Sudoe le 18 juin 2015, avec un budget total de 141 millions d’euros.
Pour plus d’informations sur Interreg Sudoe, vous pouvez consulter : www.interreg-sudoe.eu

Note : ce communiqué reflète uniquement le point de vue de l’auteur et la Commission n’est pas responsable de l’utilisation qui est faite de l’information contenue dans ce document.

Contacts Presse

CENTA – Bénéficaire principal
Dr. Carlos Aragón
Investigador Doctor, PhD Researcher at Centro de las Nuevas Tecnologías del Agua (CENTA)
E-mail: caragon@centa.es | Phone: (+34) 954 759 020

OIEau
Dr Jean-Marc BERLAND
Chef de Projet à l’Office International de l’Eau, 15 rue Edouard Chamberland, 87065 Limoges Cedex – France,
Tel : +33.5.55.11.47.87
Standard : +33.5.55.11.47.80
Port : +33.6.82.25.52.75
E-mail : jm.berland@oieau.fr

IFTS
Vinent EDERY
Chef de Projet à l’IFTS, 3 rue Marcel Pagnol, 47510 Foulayronnes, France
Tel : +33 6 74 34 53 57
Standard : +33 5 53 95 83 94
E-mail : vincent.edery@ifts-sls.com

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE

Discours de Vincent EDERY – Conférence de presse du 30/04/2018

Monsieur le Maire, Monsieur le représentant du Département, Monsieur le représentant de la Chambre de Commerce, Monsieur le 1er Vice-Président de l’Agglomération d’Agen, Mesdames et messieurs les journalistes, Monsieur le Président d’honneur et fondateur de l’IFTS,

Je tiens tout d’abord à vous remercier pour votre présence aujourd’hui, veille du 1er Mai, pour avoir fait le déplacement sur ce site où se construit en ce moment même l’avenir de notre Institut, l’IFTS, l’Institut de la Filtration et des Techniques Séparatives.

Lorsqu’en 2012, nous nous sommes réunis sur ce même site avec le sénateur Henri Tandonnet et les services Techniques de l’Agglomération d’Agen, nous étions déjà tous animés de la ferme conviction que pouvait se créer ici un lieu unique en France qui pourrait servir les intérêts de l’Industrie du traitement de l’eau.

Rendez-vous compte

A quelques mètres de nous, coule la Garonne, d’où l’eau est pompée pour produire l’eau que boivent les habitants d’Agen, dans l’usine qui est juste devant nous, et où elle retourne, après traitement par la station d’épuration qui est juste derrière. Fait exceptionnel, ces deux usines sont distantes de 200 m alors que d’habitude, une ville les sépare.

Alors la tentation était grande, au moment où l’IFTS avait décidé de lancer son axe de développement stratégique sur les procédés de séparation membranaires, de créer un site d’expérimentation utilisant cette matière première disponible en abondance.

5 ans après, le projet un peu fou de construction d’un centre d’essais dédié à l’eau et ses traitements voit enfin le jour.

Alors de quoi s’agit-il ?

D’abord un nom pour exprimer la vocation du Centre :

Au fil du temps, l’eau et ses différents états sont devenus une constante source d’étude dans le parcours de Roger Ben Aïm. Sa connaissance approfondie des techniques de filtration et de séparation liquides solides en ont fait un expert de premier plan. Fondateur dès 1981 de l’IFTS, président d’honneur et conseiller scientifique de cet Institut, il siège à son conseil d’administration et à son conseil scientifique dont il est encore cette année le président, il était donc logique et normal que nous lui demandions s’il voulait bien accepter de prêter son nom à ce nouveau Centre d’Essais sur l’eau. Il est présent avec nous ce matin ; comme à toutes les étapes clefs du développement de l’IFTS, et je le remercie encore de nous accompagner de manière si désintéressée depuis tant d’années.

Une vocation ensuite

Le Centre d’Essais Roger Ben Aïm est donc un site d’exception pour la recherche, l’expérimentation et la validation des procédés de traitement de l’eau. Sa mission : valider des installations conçues pour produire des eaux propres ou de traiter des eaux usées. Le Centre d’Essais Roger Ben Aïm dont la superficie est de 360 m2 au sol, est le second site d’essais de l’IFTS qui dispose par ailleurs de 3500 m2 de laboratoires à Foulayronnes, sur une colline 3.5 km plus au nord d’Agen.

Avec l’aide du Centre d’Essais Roger Ben Aïm, il sera désormais possible d’évaluer le comportement de matériels, sur des eaux réelles de caractéristiques différentes. En parallèle, des recherches menées par des équipes françaises et internationales, comportant des essais sur des eaux naturelles ou à divers stades de traitement, pourront être effectuées.

Peu de Centres d’Essais en France offrent autant d’avantages géographiques et techniques. Les clients industriels de l’IFTS qui souhaitent réaliser, pour leur compte, des études confidentielles, pourront le faire dans le cadre du Centre d’Essais Roger Ben Aïm. Les chercheurs et doctorants de laboratoires universitaires, souvent amenés à travailler pour l’industrie, pourront réaliser des expérimentations sur des périodes de temps significatives.

La mise en service du Centre d’Essais Roger Ben Aïm est envisagée dès la fin de l’année 2018 pour un fonctionnement pleinement opérationnel en début d’année 2019.

Quelles sont les caractéristiques techniques du Centre

Des eaux naturelles, des eaux potables ou des eaux usées arrivent par un réseau de tuyauteries enterrées et connectées au Centre d’Essais Roger Ben Aïm.
Près de 2,5 km de tuyaux ont été enfouis sous terre et passent sous la toute nouvelle piste cyclable qui agrémente maintenant les berges de la Garonne.

Seront prélevées et acheminées par ces tuyauteries pour la recherche, l’expérimentation et la validation des procédés de traitement :
En provenance de l’usine de production d’eau potable de la ville : des eaux douces et des eaux de consommation humaine à divers stades de leurs traitements

  • Eau brute de Garonne
  • Eau de forage profond (lorsqu’utilisée par l’usine)
  • Eau floculée et décantée
  • Eau de lavage des filtres à sable et des filtres à charbon actif
  • Eau de sortie d’usine de production d’eau potable
  • Eau pluviale

En provenance de l’usine de la station d’épuration : Eaux prélevées pour des essais en vue de l’épuration des eaux résiduaires à divers stades de leurs traitements

  • Effluent urbain brut dégrillé, décanté, déshuilé
  • Eaux usées traitées en sortie de station d’épuration
  • Boues activées acheminées, celles-ci, par camion hydrocureur

Le Centre d’Essais Roger Ben Aïm est particulièrement conçu pour accueillir et tester, à des débits allant jusqu’à 10m3/h, des dispositifs pilotes, semi-industriels ou industriels dans le cadre d’études confidentielles

A qui s’adresse le Centre d’essais Centre d’Essais Roger Ben Aïm ?

La plupart des secteurs industriels sont concernés par les services du Centre d’Essais Roger Ben Aïm parmi lesquels l’environnement (incluant le traitement des eaux), l’agroalimentaire, la pharmacie, la chimie, la papeterie, l’automobile,…
Le Centre d’Essais Roger Ben Aïm s’adresse aussi bien aux industriels qu’aux traiteurs d’eau pour tester les performances d’équipements dans des conditions favorables et permettre des extrapolations sûres.
Pour les industriels, il s’agit de faire valider de façon indépendante et dans des conditions maîtrisées, leurs innovations.
Pour les acteurs publics du secteur de l’eau, il s’agit de connaître les performances des matériels neufs proposés par leurs fournisseurs avant recommandation ou achat.

Qui finance le projet ?

L’agglomération d’Agen participe à la construction au bâtiment à hauteur de 75 000 €, la Région Nouvelle-Aquitaine et le fonds FEDER apportent, quant à eux, 375 000 euros. Le reste est autofinancé par l’IFTS. Le montant global du projet s’élève à 1,6M€.

Je veux remercier ici Monsieur le Président de la Région Nouvelle Aquitaine qui a soutenu personnellement cette initiative et surtout la mairie et l’Agglomération d’Agen par son Président et 1er Vice Président notamment, sans qui ce projet n’aurait jamais vu le jour.

Je vous invite maintenant, si vous le voulez-bien, à faire un petit tour du propriétaire avant de nous réunir au café Vélo où Monsieur le Maire fera une prise de parole et où vous, mesdames et messieurs les journalistes pourrez poser toutes les questions que vous souhaitez.

PRÉSENTATION DU CENTRE

PRÉSENTATION DU CENTRE

Le Centre d’Essais Roger Ben AÏm, bientôt une réalité à Agen

Fin 2018, le Centre d’Essais Roger Ben Aïm prendra place sur le site de Rouquet à Agen (Lot-et-Garonne-Nouvelle-Aquitaine). Le projet est une initiative de l’Institut de la Filtration et des Techniques Séparatives de Foulayronnes (IFTS). Sa mission : valider des installations en vue de produire des eaux propres ou de traiter des eaux usées. Le Centre d’Essais Roger Ben Aïm (360 m2) est le second site d’essais de l’IFTS qui dispose par ailleurs de 5000 m 2 de laboratoires à Foulayronnes, sur une colline 3.5 km plus au nord d’Agen.

Rouquet, un site d’accueil distinctif au potentiel exceptionnel

Le site de Rouquet, à Agen, dispose en premier lieu , d’une situation géographique exceptionnelle à proximité de la Garonne et du Canal latéral qui la traverse. Le canal latéral prolonge le Canal du Midi. Il forme avec lui « le Canal des deux mers » qui relie l’Atlantique à la Méditerranée.

Le site de Rouquet présente un second avantage incomparable, celui d’accueillir sur son site à la fois l’usine de production d’eau potable et la station d’épuration des effluents dont l’exploitation est confiée à un tiers par la communauté d’agglomération d’Agen.

Le Centre d’Essais Roger Ben Aïm, du fait de son raccordement aux eaux potables et résiduaires de ces deux sites, sera en mesure de mener des essais en continu et à grande échelle comme aucun centre d’essais n’est en mesure de le faire en France.

Un Centre destiné à valider des matériels industriels nouveaux et à mener des recherches internationales

Avec l’aide du Centre d’Essais Roger Ben Aïm, il sera désormais possible d’évaluer le comportement à l’échelle pilote et industrielle sur des eaux réelles de caractéristiques différentes. En parallèle, des recherches menées par des équipes françaises et internationales, comportant des essais sur des eaux naturelles ou à divers stades de traitement, pourront être effectuées.

Des études confidentielles dans la durée

Peu de Centres d’Essais en France offrent autant d’avantages géographiques et techniques. Les clients industriels de l’IFTS qui souhaitent réaliser, pour leur compte, des études confidentielles, pourront le faire dans le cadre du Centre d’Essais Roger Ben Aïm. Les chercheurs et doctorants de laboratoires universitaires, souvent amenés à travailler pour l’industrie, pourront réaliser des expérimentations sur des périodes de temps significatives.

Date de fonctionnement du Centre d’Essais Roger Ben Aïm

La mise en service du Centre d’Essais Roger Ben Aïm est envisagée dès la fin de l’année 2018 pour un fonctionnement pleinement opérationnel en début d’année 2019.

————————————————————————————-

Contact presse : Vincent EDERY – vincent.edery@ifts-sls.com